Les sauces tomates : Un concentré d’antioxydants !

Les sauces tomates : Un concentré d’antioxydants !
2 avril 2020

Prêtes à l’emploi, elles sont pratiques et plutôt bonnes pour la santé ces sauces permettent d’améliorer la qualité nutritionnelle d’un plat.

Pour nos voisins transalpins, le plat de pâtes est indissociable de sa sauce à base de tomates. Rien de plus savoureux pour ensoleiller une simple assiette de coquillettes, papillons, farfalles, fettucine…

Une savoureuse tradition approuvée par les nutritionnistes, qui y voient l’une des plus judicieuses associations du régime méditerranéen.

Deux grandes familles de sauces tomate

Pour s’y retrouver, ce n’est pas compliqué, il existe deux grandes familles.

LES SAUCES « BASIQUES » : pratiques et sans fioriture, elles sont à base de tomates concassées ou mixées, dont la saveur est concentrée lors de la cuisson. Elles sont souvent relevées d’oignons, d’épices et d’aromates (comme le basilic, l’origan…), et parfois d’une touche d’huile d’olive. Les meilleures sont à base de tomates fraîches, et leur goût est plus ou moins nature selon les aromates utilisés. Leur prix reste généralement raisonnable.

Qu’apportent-elles ? Elles sont pour la plupart très pauvres en lipides (graisses) et peu caloriques : moins de 40 calories aux 100 g pour les simples purées et coulis de tomates, et 50 à 70 calories aux 100 g pour les autres.

Idée plus : on peut les personnaliser de quelques olives découpées, d’un peu de parmesan râpé, etc.

LES SAUCES CUISINÉES : elles sont aussi à base de tomates, mais elles intègrent en plus, en proportions variables, d’autres ingrédients comme des légumes méditerranéens (aubergines, poivrons…), des champignons, des fromages italiens (parmesan, ricotta…).

Dans cette famille, on trouve aussi les sauces type « bolognaise ». Classiquement à base de viande de bœuf, elles sont également proposées à la volaille ou au jambon.

Leurs avantages ? Ces sauces cuisinées sont vraiment prêtes à l’emploi, et elles sont aussi suffisamment diversifiées pour satisfaire tous les goûts et toutes les envies : grâce à leurs saveurs variées, elles évitent la monotonie dans les menus.

Qu’apportent-elles ? Elles apportent jusqu’à 8 à 10 g de lipides aux 100 g (en fonction notamment des quantités d’huile et de fromage utilisées), et entre 80 et 120 calories. Les bolognaises, qui renferment de la viande hachée, ont des taux de protéines pouvant atteindre 5 à 6 g aux 100 g : intéressant, mais bien inférieur à ce que fournit une portion courante de viande (20 g de protéines).

Un conseil : choisissez celles dont la saveur vous paraît peu salée. En effet, il est inutile d’absorber trop de sel.

Attention : les formules allégées, qui valorisent une faible teneur en matières grasses, sont parfois plus riches en lipides que des sauces classiques !

Faire Sauce Tomate

Quelle présentation choisir ?

En bocal : c’est la présentation la plus courante, agréable pour le consommateur car on voit à quoi ressemble la sauce…

Tous les formats existent, du mini (90 g ou 100 g) au maxi (400 g et plus). À chauffer au micro-ondes ou au bain-marie. S’il reste de la sauce, on la laisse dans le bocal et on la garde deux ou trois jours au réfrigérateur. Mais certaines formes ventrues ou à goulot étroit sont peu pratiques quand on veut vider complètement le récipient. Et si vous avez la chance d’avoir semé vous-même vos tomates, le goût sera d’autant meilleur !

En boîte métal : cette présentation est surtout utilisée pour les sauces « basiques », en format de 190 g convenant pour deux à trois personnes. Ces sauces tomates sont peu fragiles et compactes, mais cet emballage ne permet pas de garder un reste éventuel. Il faut le transvaser impérativement dans un récipient non métallique.

En briquette en carton : commodes par leur format individuel, elles sont un peu fragiles (risque d’écrasement). On propose essentiellement des purées, des coulis et des sauces simples.

En tube : il était autrefois réservé au concentré de tomate, mais on trouve main- tenant sous cette présentation des sauces cuisinées (encore assez peu nombreuses cependant). Très pratique, le tube permet une utilisation « à la demande » : la sauce est facile à doser. On peut le garder au frais trois semaines après l’ouverture.

En flacon plastique souple d’un volume plus important que le tube, son principe est le même. Il est aussi pratique.

C’est la présentation plébiscitée par les enfants I Il s’agit en quelque sorte d’un « ketchup à la méridionale » que l’on peut sans problème mettre à leur disposition ! Des atouts nutritionnels

Ces sauces apportent tous les atouts des tomates cuites. À savoir :

Du lycopène : elles sont très riches en ce pigment spécifique des tomates. Le lycopène est doté de puissantes propriétés antioxydantes et pourrait être bénéfique dans la prévention de certains cancers.

D’autres antioxydants : du quercétol, un composant flavondide, et de la vitamine E.

Tous ces composants sont encore mieux assimilés lorsque les tomates sont cuites et écrasées ou mixées, comme c’est le cas dans la plupart des sauces.

Peu de calories : dans la mesure où, presque toujours, ces sauces ont une densité énergétique très modérée, leur association avec les pâtes permet d’équilibrer l’apport calorique du plat.

Comment faire une sauce tomate express ?

Ingrédients :

  • 2 kilos de tomates
  • 2 oignons
  • 1 sucre
  • 2 cuil. à soupe d’huile d’olive
  • Sel
  • Poivre
  • Herbes de Provence.

Préparation : Laver les tomates. Eplucher les oignons. Couper le tout en gros morceaux. Jeter dans la sauteuse avec l’huile d’olive, sucre, sel, poivre et herbes de Provence. Couvrir. Laisser mijoter à feu doux 45 minutes. Mixer. Conserver au réfrigérateur quelques jours dans un bocal en verre hermétiquement fermé.